HISTOIRES D'ADOPTION : Les miracles existent

Par : Jimmy et Shayne Dodge

Après une longue lutte contre l’infertilité et de nombreuses tentatives pour devenir enceinte, mon mari et moi avons eu recours à l’adoption pour fonder une famille.

Nous avons communiqué avec le ministère du Développement social et on nous a dit que la formation P.R.I.D.E. pour parents qui souhaitaient adopter des enfants plus âgés commencerait en novembre. Nous étions si excités à l’idée de commencer notre cheminement. Nous avons suivi la formation P.R.I.D.E., complété les visites à domicile et toute la paperasse. Notre dossier a été soumis et approuvé pour l’adoption d’un enfant plus âgé. Les travailleurs sociaux chargés de l’adoption étaient extrêmement débordés (rien n’a changé là-bas) et notre évaluation de foyer a donc été effectuée par l’un des travailleurs sociaux chargés des placements en foyer d’accueil. N’ayant jamais été parents, nous savions que nous ne pouvions pas prendre plus d’un enfant à la fois ni aucun enfant avec des problèmes mentaux ou physiques graves. Cela nous a apparemment placés, comme nous l’avons découvert par la suite, au bas d’une LONGUE liste de parents adoptifs potentiels. Alors on a attendu; chaque fois que le téléphone sonnait, on sautait... Rien ne s’est passé... pendant 7 ans et demi!

Nous en sommes arrivés à un point où nous avions décidé qu’assez, c’est assez, et nous avons communiqué avec le ministère du Développement social pour leur faire part de notre décision de retirer notre nom de la liste. Lorsque nous avons parlé à un travailleur social, on nous a dit que, puisque nous avions été dans le système le nombre d’années approprié, nous étions maintenant admissibles à la liste d’adoption des nourrissons. On nous a demandé si nous aimerions ajouter notre nom à cette liste et entreprendre le processus d’approbation (moins la formation P.R.I.D.E.) encore une fois. Nous avons réfléchi et avons décidé que nous n’avions rien à perdre : nous avions attendu si longtemps, un peu plus longtemps ne pouvait pas faire de mal.

Nous avons commencé notre processus d’approbation le 14 février 2008. Le 17 avril 2009, nous avons reçu un appel téléphonique qui a changé nos vies à jamais. Notre fils, Conner, était né le 2 avril et nous étions en tête de la liste. Oh mon dieu, que d’émotions! Je me suis transformée en maman à ce moment-là. J’étais calme, cool et je notais tous les faits importants. Date de naissance, poids, couleur des yeux, couleur des cheveux, etc. Mais lorsque mon mari a appris la nouvelle, il est devenu une véritable boule de nerfs. Beaucoup de rire! Le lundi 20 avril 2009, nous sommes devenus une famille de trois, notre fils avait 18 jours.

Trois ans et dix mois plus tard, nous avons reçu un autre appel téléphonique qui, encore une fois, allait changer nos vies à jamais. Conner avait une petite sœur!!! Zoé est née le 19 décembre 2012 et comme ils avaient la même mère biologique, nous avons été automatiquement contactés en premier. Nous étions sous le choc, bien sûr, car nous avions fermé notre dossier et nous étions satisfaits de notre petit garçon miracle. Mais j’ai su en parlant à la travailleuse sociale que c’était notre fille. Nous avons donc une fois de plus refait notre dossier avec les rapports de santé, la vérification du casier judiciaire, et ainsi de suite, et le 27 février 2013, nous avons ramené notre petite fille de deux mois et demi à la maison.

Notre histoire diffère à bien des égards de l’histoire «typique» d’adoption. Nos deux enfants ont été volontairement cédés par leurs parents biologiques. Il n’y a pas eu de négligence, de maltraitance ou de drogue. Nous avons été vraiment bénis! Conner a maintenant 10 ans et Zoé en a presque 7. J’espère que notre histoire donnera de l’espoir à quelqu’un. Les miracles existent. Et notre belle famille en est la preuve!