HISTOIRES D'ADOPTION : Aucune question sans réponse

Par : Catherine Derry

Dans mon travail, j’ai l’occasion de parler de ce que c’est que d’être un parent adoptif, de partager et d’établir des relations avec d’autres parents adoptifs et futurs parents adoptifs. Je ne parle pas souvent de ce qui m’est arrivé en premier et du fait que j’ai été adoptée. C’est le mois de l’adoption, et j’aimerais raconter cette histoire. C’est l’histoire de la façon dont l’univers m’a trouvé les meilleurs parents et de ma recherche de réponses.

Mon histoire n’est pas parfaite, parce que toute adoption s’accompagne d’une perte et d’un sentiment de rejet, mais dans cette perte j’ai trouvé un endroit génial pour grandir. J’ai été adoptée très jeune. Je suis née sous le nom de Katherine Joyce Miller le 8 juillet 1970. Ma mère biologique était indécise et m’a placée en famille d’accueil. Finalement, quand j’ai eu trois mois, elle a décidé qu’elle ne pouvait pas s’occuper de moi et je suis devenue disponible pour l’adoption. Quand j’ai eu quatre mois, on m’a trouvé un foyer adoptif. Le 9 novembre 1970, je suis rentré chez moi dans ma famille pour toujours et, depuis ce moment-là, je m’appelle Catherine Elizabeth Derry. Mes parents ont toujours voulu des enfants et, après de nombreuses années de mariage, ils ont décidé d’en adopter. Ma mère et mon père me disent tous les deux que le jour où je suis rentré à la maison a été le plus beau jour de leur vie. Ma mère se souvient de chaque détail de mon arrivée à la maison avec les travailleurs sociaux, de mon sourire, de mes bras tendus vers elle, de ma robe bleue (j’ai toujours cette robe, ma mère l’a conservée avec amour), des fins cheveux roux sur ma tête. Ma mère raconte l’adoration de la famille réunie pour m’accueillir, mon père, ma grand-mère, mes tantes et mon oncle. J’étais la plus jeune de la famille et j’étais très aimée.

Mes parents m’ont aidée et m’ont soutenue à 100 % chaque fois que j’ai eu des difficultés et que j’ai accompli quelque chose dans ma vie. Je savais que je pouvais toujours compter sur eux pour me soutenir; en fait, j’oserais même dire que je n’aurais pas réalisé tout ce que j’ai réalisé sans leur soutien et leurs encouragements. Toutefois, il y avait certaines choses avec lesquelles ils n’ont pas pu aider. Mon adoption était une adoption fermée, c’était vraiment comme ça que l’adoption se passait dans les années 1970. Je m’interrogeais sur beaucoup de choses quand j’étais enfant. Qui était ma mère biologique? Peut-être une vedette de cinéma, ou un membre de la famille royale qui essayait d’éviter un scandale? Peut-être que ma cousine beaucoup plus âgée que moi était ma mère biologique et que c’était peut-être pour ça que sa mère et moi étions si proches? Rien de tout cela n’était vrai. Je me demandais aussi pourquoi je n’avais pas été assez pour ma mère biologique et pourquoi elle m’avait donnée en adoption. Pourquoi personne dans ma famille biologique n’avait-il pensé que j’étais assez bien pour me garder? Mes parents m’ont écouté, mais ils n’ont pas pu répondre à ces questions. Ils m’ont juste assuré qu’ils m’aimaient et espéraient que cela suffisait. Une fois devenue grande, j’ai retrouvé des membres de la famille du côté de ma mère biologique, et ce fut comme si j’avais trouvé la pièce manquante de mon puzzle. Des gens qui me ressemblaient, qui avaient mes habitudes et mes bizarreries. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de nouer une relation avec mon frère biologique, il est mort avant que cela n’arrive et c’est une grande partie manquante de moi. J’ai rencontré ma mère biologique et j’en ai appris davantage sur elle et son histoire. Et mon adoption a été ce qu’il y avait de mieux pour elle et pour moi.

L’adoption était vraiment la meilleure chose pour moi. Mes parents étaient plus qu’incroyables, je n’aurais pas pu être entourée d’un amour et d’un soutien plus inconditionnels. Mes parents ne sont plus de ce monde et ils me manquent profondément. C’est à eux que je téléphonais pour les petites choses comme pour les grandes, les célébrations et les événements. Ils ont centré leur vie et leur amour sur moi, et ce sentiment m’accompagne tout au long de ma vie. Qu’est-ce qui aurait pu être différent pour moi? Une adoption ouverte? Même si les circonstances ne me permettaient pas de grandir avec ma mère biologique, il aurait été merveilleux d’avoir des liens avec elle et sa famille. On aurait répondu à mes questions et j’aurais pu me forger des souvenirs et partager des expériences avec ces gens qui sont une partie importante de qui je suis. Comment ai-je transformé cette expérience en quelque chose de positif? Eh bien, ma fille, que nous avons adoptée, a une adoption ouverte. Elle n’a jamais rien connu d’autre, cela est normal pour elle. Elle a deux parents aimants, mais elle est en contact avec sa famille biologique et connaît l’amour et la filiation. Elle n’a aucune question sans réponse.